La nouvelle évasion par Boucheron : Rêves d’Ailleurs

La maison Boucheron est une habituée de l’excellence, et bien qu’elle fût fondée en 1858, ses bijoux toujours surprenants font encore l’actualité.

Boucheron à la 27ème Biennale des Antiquaires

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Ce joyau du luxe français s’est en effet déplacé de sa boutique principale au 26, place Vendôme, pour présenter sa nouvelle collection lors de la Biennale des Antiquaires au Grand Palais.

Avant le début de la Biennale le 11 septembre cet important évènement de l’art français a fait appel à Jacques Granges, décorateur reconnu, pour réinterpréter la verrière du Grand Palais. Il y avait 73 antiquaires et 14 joailliers, réunis afin d’exposer les plus belles pièces, malgré le prix du stand (plus de mille euros le mètre carré) qui reste trop dispendieux pour les exposants.

Même si cela se fait au profit des Hôpitaux de Paris, une soixantaine d’antiquaires s’est découragé cette année.

Rêves d’Ailleurs

Rêves d'ailleurs

Rêves d’ailleurs

Boucheron a donc présenté cette année une nouvelle collection s’appelant « Rêves d’Ailleurs » (en anglais Dreams of Elsewhere). Il s’agit là de la troisième grande collection de haute joaillerie de la maison, et après « Hôtel de la Lumière », Boucheron est à nouveau « L’Artisan du Rêve » ; ce titre donné à sa première collection annonçait déjà la possibilité de l’évasion et de la fabrication du rêve grâce aux bijoux.

Louis Boucheron, par exemple, voit la lumière comme un transporteur, comme quelque chose qui nous déplace hors de nous : « Vous serez chez Boucheron comme chez vous, à des milliers de kilomètres de chez vous » déclarait-il. Rêves d’Ailleurs se divise en 5 chapitres :

  • Trésor de Perse
  • Rives du Japon
  • Splendeurs de Russie
  • Fleurs des Indes
  • Pinceau de Chine (Chinese Ink Brush)

C’est donc un voyage à travers l’Orient que nous propose Rêves d’Ailleurs, comme dans un livre où chaque chapitre nous raconte un moment de notre aventure, de l’évasion de notre esprit quand nous contemplons cette pointe de la haute joaillerie française.

Boucheron toutefois rayonne à l’étranger puisque les pièces sont au départ nommées en anglais, ainsi « Chinese Ink Brush » pour Pinceau de Chine. Le titre anglais fait d’ailleurs référence à la calligraphie et à l’encre plus explicitement que le titre français, où cette dernière est représentée par des perles de cristal.

L’exotisme et le prestige chez Boucheron

Boucheron nous fait la proposition de l’exotisme, qui parce que la beauté lui est intrinsèque, nous dépose dans le pays des songes avec facilité. Et qui dit exotisme dit pierres exceptionnelles, venues d’ailleurs.

Ainsi la parure Trésor de Perse met en évidence un saphir « pain de sucre » provenant du Sri Lanka de plus de 34 carats, pour symboliser tout l’éclat qu’avait Ispahan, ancienne capitale de l’empire perse entre le quatorzième et le dix-huitième siècle.

Ces 5 nouveaux chapitres sont aussi un hommage rendu à l’histoire de Boucheron, créateur de pièces ayant un rapport Orient depuis fort longtemps ; pour preuve notamment la Tiare Vague, datée de 1920, qui fait référence à Hokusai, peintre mythique japonais ayant fait l’actualité récemment.Lui aussi est au Grand Palais, jusqu’au 18 janvier, tandis que la vingt-septième édition de la Biennale des Antiquaires s’est arrêtée le 21 septembre.

Mais l’évènement passé, si vous n’avez pas pu faire parti des 1470 invités, comme beaucoup d’entre nous je le crains, il ne faut pas avoir peur d’aller dans une boutique Boucheron, sans a priori, en faisant fi de son opinion car il s’agit là d’un fleuron du luxe français qui rayonne à l’étranger et demeure d’actualité.

Plus que de parure il s’agit là de rêve et de lumière, et d’une fierté française qu’il nous faut défendre au vu de l’actualité, envers et contre tous.

En guise de conclusion…

Finalement, Rêves d’Ailleurs est composée d’œuvres d’art qui comme un tableau de maître, vous transporte vers les horizons lointains où l’onirisme des paysages est fait de pierres précieuses, qui illumine depuis là-bas notre gris Paris tout en y faisant rayonner l’actualité de l’art international.